MARDI NOIR POUR LES LIBERTES SYNDICALES !

MARDI NOIR POUR LES LIBERTES SYNDICALES !

Répression frappant les militants CGT de  Goodyear

SIGNEZ LA PETITION "Nous sommes tous des Goodyear"

Consternation ! Indignation !Le mardi 12 janvier 2016, le Tribunal d’Amiens a rendu son jugement concernant les 8 camarades « ex Goodyear » poursuivis par le Procureur de la République pour « séquestration », 24 mois de prison dont 9 mois fermes ! C’est un véritable scandale et une atteinte grave à la liberté de défendre ou conquérir des droits sociaux !

Le gouvernement est plus apte à faire condamner des ouvriers, des syndicalistes CGT, qui n’ont comme seul reproche que d’avoir défendu leurs emplois pendant plus de 7 ans, alors que les patrons délinquants en col blanc qui bafouent le Code du Travail au quotidien, fraudent le fisc au travers de paradis fiscaux,  licencient en toute impunité, ne sont jamais inquiétés !

Les camarades qui ont défendu l’emploi pour éviter à des familles de sombrer (les divorces, les suicides, le chômage, les dépressions…comme l’ont vécu, les ex continental de Clairoix) se voient traiter comme des gangsters.

L’union départementale CGT de la Dordogne est révoltée. Elle apporte tout son soutien fraternel aux 8 camarades et au syndicat CGT Goodyear dans cette terrible injustice qu’ils subissent.

Rien ne peut justifier un tel acharnement, si ce n’est que de vouloir museler les salariés, en profitant d’un état d’urgence pour casser les acquis sociaux et le Code du Travail. En effet, le jugement inacceptable condamnant les militants CGT de Goodyear à 9 mois de prison ferme est l'arme avec laquelle le gouvernement a décidé d'intimider tous les salariés qui se battent pour leurs droits et leurs emplois. Le but est de faire peur aux syndicalistes pour qu'ils cessent de se battre pendant que le gouvernement casse du droit du travail.

L’Union départementale CGT de la Dordogne se joindra à toutes les initiatives pour défendre les 8 camarades dans leurs libertés syndicales. Dés à présent, signez massivement la pétition « Nous Sommes Tous Des Goodyear » pour demander l’arrêt des poursuites contre les 8 de GOODYEAR, en prévision d’un grand rassemblement solidaire le jour du jugement en appel. 

La mobilisation est plus que jamais d’actualité. La CGT Dordogne défendra systématiquement toutes les libertés syndicales.

Il ne peut  y avoir de défense des droits conquis ni de nouvelles conquêtes sociales sans liberté syndicale.

 

LE 2 DÉCEMBRE À 17 H 30 RASSEMBLEMENT DEVANT LA PREFECTURE DE PERIGUEUX EN SOUTIEN A NOS CAMARADES D’AIR FRANCE

 

 

LE 2 DÉCEMBRE À 17 H 30

RASSEMBLEMENT DEVANT LA PREFECTURE DE PERIGUEUX

EN SOUTIEN A NOS CAMARADES D’AIR FRANCE ! 

Des milliers de salariés sont menacés de perdre leur emploi, à l’exemple des personnels d’Air France. La violence patronale avec une complaisance gouvernementale, suscite colère et indignation qui se traduisent par des actions collectives mobilisant les salariés. C’est dans ce contexte que les provocations patronales se multiplient afin de stigmatiser l’action syndicale !

APPEL DE LA CGT AU SOUTIEN DES INCULPÉS D’AIR FRANCE

La direction d’Air France se moque de la justice. Elle n’a pas attendu la décision du tribunal correctionnel de Bobigny devant lequel doivent comparaître, le 2 décembre prochain, 5 salariés de la compagnie aérienne pour « violence en réunion » après l’envahissement du comité central d’entreprise du 5 octobre dernier au cours duquel deux cadres ont perdu leur chemise.

Le 12 novembre dernier, elle a procédé au « licenciement pour faute lourde » de 4 d’entre eux et engagé une procédure contre le cinquième, détenteur d’un mandat syndical CGT.

Cinq salariés donc déclarés coupables avant d’avoir été jugés, auxquels il faut ajouter 12 autres mis à pied sans solde. Au mépris de la justice, la direction, bien qu’elle prétende agir « de façon juste, équitable et rigoureuse », n’hésite visiblement pas à ajouter également le mépris des règles disciplinaires qu’elle a elle-même pourtant édictées.

L’engagement dans l’action syndicale c’est le refus de subir !

C’est pourquoi en ces périodes où patronat et gouvernement affichent leurs volontés de réduire le droit des salariés et des citoyens au profit du monde financier et économique, il leur serait bénéfique de museler la CGT et donc ses militants afin de pouvoir en toute quiétude casser le droit et les conquis sociaux !

Après le temps du recueillement, les rendez-vous revendicatifs et mobilisations programmés doivent avoir lieu en travaillant des modalités permettant d’assurer la sécurité des salariés. Pas plus qu’il n’y a de trêve dans les attaques contre le monde du travail, il n’y aura de trêve dans l’action syndicale pour le progrès social.

Pour les libertés syndicales !  Pour dire NON à la violence sociale !