2 juin Amplifions la lutte

Amplifions la lutte;
et la grève !

Face à la mobilisation importante des travailleurs lors de la dernière journée de grève et de manifestations du 26 mai, face aux barrages, aux occupations de lieux de travail et aux grèves qui se multiplient, la presse aux ordres commencent à se sentir obligée de trouver d’autres titres que « le mouvement s’essouffle ». La violence des réactions gouvernementales, qu’elle se situe dans l’instrumentalisation qui est faite des forces de l’ordre à l’encontre des manifestants, ou dans sa dénonciation nauséabonde de la CGT, traduit surtout sa faiblesse face à la rue.
L’usage du 49-3, la volonté gouvernementale de faire passer la CGT pour une organisation minoritaire et déconnectée des aspirations des travailleurs, l’amalgame mensonger entretenu entre les casseurs et les manifestants, bref sa propagande au service de la régression sociale,
démontre l’état extrême de fragilité du gouvernement et son illégitimité.
Le rejet du projet de loi travail n’est pas celui d’une minorité mais il s’agit bien d’un refus massif de voir les droits des salariés sacrifiés.

Pour la CGT, l’exigence est toujours le retrait pur et simple du projet :
-  Non à l’inversion de la hiérarchie des normes et à un code du travail démoli par des accords d’entreprise.

 

-  Non à l’allongement de la journée et semaine de travail, non aux heures supplémentaires payées au rabais.
-  Non à la destruction de la médecine du travail.
-  Non aux licenciements économiques élargis.
OUI A UN VERITABLE CODE DU TRAVAIL DU XXIème SIECLE !

Après trois mois de grèves et mobilisations, après la multiplication de grèves reconductibles (SNCF, Ports et Docks, RATP), dans un contexte de durcissement du mouvement et dans la perspective de la journée nationale d’action du 14 juin à Paris, la pression ne doit pas se relâcher.
La CGT, avec les salariés, doit continuer et amplifier sa lutte contre les casseurs du code du travail.

 

Le 2 juin journée de grève

et de manifestations !

 

Le jeudi 2 juin à 17h30

à Périgueux et Bergerac

Palais de Justice.

Mobilisée depuis près de 3 mois,  la CGT Dordogne appelle l'ensemble des salariés, privés d'emploi, et retraités à maintenir la pression sur le gouvernement dans la bataille contre le projet de loi travail. Sa détermination vacille, pas la nôtre.

Dans le cadre de la journée d'action du jeudi 2 juin, l'union départementale CGT Dordogne en lien avec l'action des cheminots CGT de Périgueux, propose de coordonner les professions en lutte par la grève ce jour là.
- 12h convergence des professions à la préfecture pour un pique-nique militants.
- 14h interpellation des groupes politiques du Conseil Départemental avec une demande de vote de motions par les élus, celles-ci portant le retrait du projet de Loi Travail et une convention collective nationale du ferroviaire de haut niveau pour les cheminots, garante d'un service public ferroviaire de qualité, répondant aux besoins des citoyens. 
- 17h30 manifestation Palais de Justice Périgueux et Bergerac. 

26 mai Tous en grève

Amplifions la lutte;
et la grève !

Depuis maintenant près de trois mois, une mobilisation exceptionnelle a pris racine en France pour combattre le projet de loi Travail et porter l’exigence de nouveaux droits sociaux pour les salariés.

Avec 400 000 manifestants jeudi 19 mai, 220 000 manifestants le 17 mai, 68 000 le 12 mai la lutte s’intensifie et s’ancre dans les entreprises et la population.

Dans le dernier sondage en date du 4 mai 2016, c’est 74% de la population qui est opposée à cette loi soit +4 points par rapport au mois de mars. Et l’utilisation du 49.3 démontre que cette loi est illégitime.

Le président Hollande et son premier ministre doivent sortir de postures au service de la finance et écouter, ENFIN, la colère et le refus qui s’expriment.

Il est grand temps que la démocratie reprenne ses droits. Avec 400 000 manifestants jeudi 19 mai, 220 000 manifestants le 17 mai, 68 000 le 12 mai la lutte s’intensifie et s’ancre dans les entreprises et la population.

Dans le dernier sondage en date du 4 mai 2016, c’est 74% de la population qui est opposée à cette loi soit +4 points par rapport au mois de mars. Et l’utilisation du 49.3 démontre que cette loi est illégitime.

La mobilisation loin de faiblir va se poursuivre et s’amplifier jusqu’au retrait du projet de loi travail et l’ouverture de véritables négociations pour l’obtention de droits nouveaux pour tous les salariés.

Plusieurs secteurs professionnels continuent de développer des actions, des grèves (cheminots, routiers, énergie, chimie, construction, aéroport de Paris, etc), dans la poursuite l’amplification et l’élargissement du rapport de force.

Il est plus qu’essentiel, à l’heure où d’autres professions ont également fait le choix de la grève reconductible, que l’ensemble des salariés convergent dans la lutte pour obtenir le retrait de ce projet de loi, qui sacrifie nos emplois, nos droits et la jeunesse du département de la Dordogne particulièrement touché par le chômage et la précarité.

Le 26 mai journée de grève

et de manifestations !

 

Le jeudi 26 mai à 10h00

à Périgueux Palais de Justice.

 

Mobilisation 17 et 19 mai

Lien vers la vidéo de l'action du 12 mai

Amplifier la mobilisation :
face au déni de démocratie !

Depuis maintenant près de trois mois, une mobilisation exceptionnelle a pris racine en France pour combattre le projet de loi Travail et porter l’exigence de nouveaux droits sociaux pour les salariés. Quelle est la réponse du gouvernement ? Le passage en force !

L’utilisation du 49-3 pour faire adopter une loi rejetée par plus de 70% de la population dont 78% des 18-34 ans;est inadmissible, une véritable honte ! Cette décision ne vient que s’ajouter à un processus antidémocratique depuis le début. Les salariés sont méprisés, les citoyens bafoués et leurs représentants ignorés. La CGT poursuivra et amplifiera la mobilisation et appelle tous les salariés à s’inscrire dans le mouvement, se réunir en assemblées générales pour décider ensemble la poursuite de la mobilisation jusqu’au retrait et pour un code du travail du XXIème siècle.

Plusieurs secteurs professionnels continuent de développer des actions, des grèves (cheminots, routiers, énergie, chimie, construction, aéroport de Paris, etc), dans la poursuite l’amplification et l’élargissement du rapport de force.

Nous exigeons; toujours le RETRAIT de ce projet de loi, qui sacrifie nos emplois, nos droits et la jeunesse du département de la Dordogne particulièrement touché par le chômage et la précarité.

Plus que jamais, l’urgence est à la mobilisation le mardi 17 mai et le jeudi 19 mai prochains.

Le 17 mai et 19 mai

journées de grève

et de manifestations !

Le mardi 17 mai :

Périgueux, 17h30, Palais de Justice.

Bergerac à 17h30, Palais de Justice.

Sarlat à 17h30, Place de la Rigaudie

 

Le jeudi 19 mai :

Périgueux à 10h00, Palais de Justice.
 

Bergerac :

14h00 Rassemblement place de la Myrpe : Déploiement vers les centres commerciaux, signature d’une pétition et information sur la loi El Khomri.

17h30 Manif Palais de justice.

 

Sarlat à 14h00, Place de la Rigaudie

12 mai 2016 Rappelons à ces parlementaires qu'ils n'ont pas été élus pour casser les droits des salariés de Dordogne !

12 mai 2016
Rappelons à ces parlementaires
 qu'ils n'ont pas été élus pour casser les droits des salariés de Dordogne !

Depuis le début des débats à l’Assemblée nationale sur le projet de loi Travail, le gouvernement peine à rassembler une majorité autour de ce texte. Près de 5000 amendements ayant été déposés, la menace du l’utilisation de l’article 49-3 commence à planer…

Raison de plus pour renforcer la pression sur nos députés pour leur demander de porter la voix des salariés, privés d’emplois et retraités de Dordogne.  La CGT exige toujours le RETRAIT de ce projet de loi, qui sacrifie nos emplois, nos droits et la jeunesse de ce département particulièrement touché par le chômage et la précarité.  

La CGT Dordogne vous appelle donc à les interpeller devant leur permanence  respective et à participer à une action de « recadrage » :

  • PERIGUEUX, 7 bis place de la Cité, 11 h 45 : Pascal Deguilhem.
  • THIVIERS, 3 rue Notre Dame, 17 h 30 : Colette Langlade.
  • SARLAT, 2-4 avenue de la Dordogne, 17 h 30 : Germinal Peiro.
  • A BERGERAC, 17 h 30 : non pas devant la permanence de la députée qui a annoncé voter contre, mais devant le palais de Justice jusqu’à la CCI.

Un 1er mai de conquêtes sociales, de solidarité, de paix dans le monde

 

Un 1er mai de conquêtes sociales,
de solidarité,de paix dans le monde

Pour le retrait
du projet de loi travail,

Pour un Code du Travail
du 21ème siècle.

La première manifestation du 1er mai s'est déroulée en 1886 aux États-Unis, alors que les salarié-e-s américains manifestaient pour la journée de 8 heures de travail.
Aujourd'hui, exactement 130 ans plus tard, le 1er mai est synonyme de lutte contre le projet de loi El Khomri, qui veut faire travailler les salarié-e-s jusqu'à 12h par jour par simple accord local.

Celles et ceux qui veulent nous faire croire que la loi travail est moderne n'ont honte de rien !

La marche vers le progrès social doit continuer :

  • 32 heures par semaine pour travailler mieux et travailler toutes et tous,
  • Partage des richesses
  • Augmentation des salaires et des pensions
  • Retraite à 60 ans !

Après les grèves et les manifestations des mois de mars et avril, le gouvernement ne veu t rien céder. Il bafoue la démocratie sociale.
En 2012, nous n'avons pas signé de chèque en blanc pour détruire tous nos conquis sociaux !
Les Assemblées Générales de salarié-e-s doivent se poursuivre, dans les entreprises et partout où les échanges sont possibles.
Le débat parlementaire se déroulera du 3 au 12 mai à l'Assemblée nationale.
MAINTENONS LA PRESSION !
La lutte ne fait que commencer, la grève et sa reconduction sont nos armes.

Refusons l'austérité partout
en France et en Europe,
portons les revendications
de la CGT pour un code
du travail du 21ème siècle,
partagé par toutes et tous !

Manifestations dimanche 1er Mai 2016 :

PERIGUEUX :
10h30 - Bourse du Travail

BERGERAC :
10H30 - Palais de justice

TERRASSON :
11H00 - Place de la Libération