26 mai Tous en grève

Amplifions la lutte;
et la grève !

Depuis maintenant près de trois mois, une mobilisation exceptionnelle a pris racine en France pour combattre le projet de loi Travail et porter l’exigence de nouveaux droits sociaux pour les salariés.

Avec 400 000 manifestants jeudi 19 mai, 220 000 manifestants le 17 mai, 68 000 le 12 mai la lutte s’intensifie et s’ancre dans les entreprises et la population.

Dans le dernier sondage en date du 4 mai 2016, c’est 74% de la population qui est opposée à cette loi soit +4 points par rapport au mois de mars. Et l’utilisation du 49.3 démontre que cette loi est illégitime.

Le président Hollande et son premier ministre doivent sortir de postures au service de la finance et écouter, ENFIN, la colère et le refus qui s’expriment.

Il est grand temps que la démocratie reprenne ses droits. Avec 400 000 manifestants jeudi 19 mai, 220 000 manifestants le 17 mai, 68 000 le 12 mai la lutte s’intensifie et s’ancre dans les entreprises et la population.

Dans le dernier sondage en date du 4 mai 2016, c’est 74% de la population qui est opposée à cette loi soit +4 points par rapport au mois de mars. Et l’utilisation du 49.3 démontre que cette loi est illégitime.

La mobilisation loin de faiblir va se poursuivre et s’amplifier jusqu’au retrait du projet de loi travail et l’ouverture de véritables négociations pour l’obtention de droits nouveaux pour tous les salariés.

Plusieurs secteurs professionnels continuent de développer des actions, des grèves (cheminots, routiers, énergie, chimie, construction, aéroport de Paris, etc), dans la poursuite l’amplification et l’élargissement du rapport de force.

Il est plus qu’essentiel, à l’heure où d’autres professions ont également fait le choix de la grève reconductible, que l’ensemble des salariés convergent dans la lutte pour obtenir le retrait de ce projet de loi, qui sacrifie nos emplois, nos droits et la jeunesse du département de la Dordogne particulièrement touché par le chômage et la précarité.

Le 26 mai journée de grève

et de manifestations !

 

Le jeudi 26 mai à 10h00

à Périgueux Palais de Justice.

 

Mobilisation 17 et 19 mai

Lien vers la vidéo de l'action du 12 mai

Amplifier la mobilisation :
face au déni de démocratie !

Depuis maintenant près de trois mois, une mobilisation exceptionnelle a pris racine en France pour combattre le projet de loi Travail et porter l’exigence de nouveaux droits sociaux pour les salariés. Quelle est la réponse du gouvernement ? Le passage en force !

L’utilisation du 49-3 pour faire adopter une loi rejetée par plus de 70% de la population dont 78% des 18-34 ans;est inadmissible, une véritable honte ! Cette décision ne vient que s’ajouter à un processus antidémocratique depuis le début. Les salariés sont méprisés, les citoyens bafoués et leurs représentants ignorés. La CGT poursuivra et amplifiera la mobilisation et appelle tous les salariés à s’inscrire dans le mouvement, se réunir en assemblées générales pour décider ensemble la poursuite de la mobilisation jusqu’au retrait et pour un code du travail du XXIème siècle.

Plusieurs secteurs professionnels continuent de développer des actions, des grèves (cheminots, routiers, énergie, chimie, construction, aéroport de Paris, etc), dans la poursuite l’amplification et l’élargissement du rapport de force.

Nous exigeons; toujours le RETRAIT de ce projet de loi, qui sacrifie nos emplois, nos droits et la jeunesse du département de la Dordogne particulièrement touché par le chômage et la précarité.

Plus que jamais, l’urgence est à la mobilisation le mardi 17 mai et le jeudi 19 mai prochains.

Le 17 mai et 19 mai

journées de grève

et de manifestations !

Le mardi 17 mai :

Périgueux, 17h30, Palais de Justice.

Bergerac à 17h30, Palais de Justice.

Sarlat à 17h30, Place de la Rigaudie

 

Le jeudi 19 mai :

Périgueux à 10h00, Palais de Justice.
 

Bergerac :

14h00 Rassemblement place de la Myrpe : Déploiement vers les centres commerciaux, signature d’une pétition et information sur la loi El Khomri.

17h30 Manif Palais de justice.

 

Sarlat à 14h00, Place de la Rigaudie

12 mai 2016 Rappelons à ces parlementaires qu'ils n'ont pas été élus pour casser les droits des salariés de Dordogne !

12 mai 2016
Rappelons à ces parlementaires
 qu'ils n'ont pas été élus pour casser les droits des salariés de Dordogne !

Depuis le début des débats à l’Assemblée nationale sur le projet de loi Travail, le gouvernement peine à rassembler une majorité autour de ce texte. Près de 5000 amendements ayant été déposés, la menace du l’utilisation de l’article 49-3 commence à planer…

Raison de plus pour renforcer la pression sur nos députés pour leur demander de porter la voix des salariés, privés d’emplois et retraités de Dordogne.  La CGT exige toujours le RETRAIT de ce projet de loi, qui sacrifie nos emplois, nos droits et la jeunesse de ce département particulièrement touché par le chômage et la précarité.  

La CGT Dordogne vous appelle donc à les interpeller devant leur permanence  respective et à participer à une action de « recadrage » :

  • PERIGUEUX, 7 bis place de la Cité, 11 h 45 : Pascal Deguilhem.
  • THIVIERS, 3 rue Notre Dame, 17 h 30 : Colette Langlade.
  • SARLAT, 2-4 avenue de la Dordogne, 17 h 30 : Germinal Peiro.
  • A BERGERAC, 17 h 30 : non pas devant la permanence de la députée qui a annoncé voter contre, mais devant le palais de Justice jusqu’à la CCI.

Un 1er mai de conquêtes sociales, de solidarité, de paix dans le monde

 

Un 1er mai de conquêtes sociales,
de solidarité,de paix dans le monde

Pour le retrait
du projet de loi travail,

Pour un Code du Travail
du 21ème siècle.

La première manifestation du 1er mai s'est déroulée en 1886 aux États-Unis, alors que les salarié-e-s américains manifestaient pour la journée de 8 heures de travail.
Aujourd'hui, exactement 130 ans plus tard, le 1er mai est synonyme de lutte contre le projet de loi El Khomri, qui veut faire travailler les salarié-e-s jusqu'à 12h par jour par simple accord local.

Celles et ceux qui veulent nous faire croire que la loi travail est moderne n'ont honte de rien !

La marche vers le progrès social doit continuer :

  • 32 heures par semaine pour travailler mieux et travailler toutes et tous,
  • Partage des richesses
  • Augmentation des salaires et des pensions
  • Retraite à 60 ans !

Après les grèves et les manifestations des mois de mars et avril, le gouvernement ne veu t rien céder. Il bafoue la démocratie sociale.
En 2012, nous n'avons pas signé de chèque en blanc pour détruire tous nos conquis sociaux !
Les Assemblées Générales de salarié-e-s doivent se poursuivre, dans les entreprises et partout où les échanges sont possibles.
Le débat parlementaire se déroulera du 3 au 12 mai à l'Assemblée nationale.
MAINTENONS LA PRESSION !
La lutte ne fait que commencer, la grève et sa reconduction sont nos armes.

Refusons l'austérité partout
en France et en Europe,
portons les revendications
de la CGT pour un code
du travail du 21ème siècle,
partagé par toutes et tous !

Manifestations dimanche 1er Mai 2016 :

PERIGUEUX :
10h30 - Bourse du Travail

BERGERAC :
10H30 - Palais de justice

TERRASSON :
11H00 - Place de la Libération

 

Le 28 avril, contre la loi travail, on remet ça !

Le 28 avril,

contre la loi travail,

on remet ça !

A l’issue d’un mois de mobilisation contre le projet de loi travail, le gouvernement a annoncé quelques mesurettes aux organisations étudiantes (versement des bourses prolongées pour certains étudiants, augmentation de la rémunération des apprentis, surtaxation des contrats précaires). L’exigence de retrait du projet, pourtant fermement portée, n’a pas encore été entendue.
Ces annonces, qui restent à concrétiser, ne modifient en rien le contenu de la loi travail qui demeure inacceptable. Cette tentative de diversion n’entame en rien la dynamique de contestation unitaire, construite depuis le 9 mars, pour le retrait pur et simple, soutenu par la majorité du peuple.
L’essentiel de la loi reste intact :                                           
- possibilité de signer des accords d’entreprise moins favorables aux salariés que le code du travail
- facilitation des licenciements économiques
- élargissement des accords de compétitivité pour réduire les salaires et/ou augmenter le temps de travail
- démolition des 35 heures, diminution des majorations des heures supplémentaires
- destruction de la médecine du travail
- …
En bref, le projet du gouvernement, c’est un salariat corvéable à merci, en situation permanente de précarité et soumis au chantage à l’emploi. Pour le patronat par contre, cadeaux fiscaux, exonérations de cotisations sociales et dérogations au code du travail sont toujours au programme.
Après les 500 000 manifestants du 9 mars, nous étions le 31 mars près d’1,2 million de manifestants dans 250 villes dont 4500 en Dordogne et plusieurs milliers d’arrêts de travail.
Ce que veulent les travailleurs et les jeunes mobilisés les 9, 17 et 31 mars, puis les 5 et 9 avril, c’est un code du travail protecteur pour tous les salariés, ce n’est pas un droit au rabais et différent dans chaque entreprise.

LE RETRAIT DU PROJET DE LOI SE REALISERA PAR LA GREVE

LE PROJET DE LOI

MEDEF-EL KHOMRI

-HOLLANDE-GATTAZ

ON N’EN VEUT PAS !

 

LE JEUDI 28 AVRIL,

LA CGT APPELLE

A LA MOBILISATION,

PAR LA GREVE ET

LES MANIFESTATIONS

  • PERIGUEUX :
    10h30, palais de justice

  • BERGERAC :
    17h, palais de justice

  • SARLAT :
    14h, Place de la Grande Rigaudie

  • TERRASSON :
    départ de bus vers Périgueux

(9h place Marcel Paul / 9h10 Le Lardin place Delas / 9h20 La Bachellerie à la station essence / 9h30 Thenon devant gendarmerie)